Carabao, Les B’Eux, Les Uns et Les Autres…


Exposition dans les montagnes de Thaïlande, 162 portraits de Carabao sur des plateaux alvéolés pour 30 oeufs… (165 x 1188 cm)

Sur mon Facebook: Carabao, คาราบาว

Court extrait d’une chanson de Carabao (site officiel de Carabao)


Portraits de Carabao sur 4 plateaux alvéolés pour 30 oeufs… (66 x 66 cm)

Le plateau alvéolé pour 30 oeufs est pour moi comme un timbre…

Projet du monument Carabao à Tapae Gate (Chiang Mai)

J’ai peint une nouvelle série de 163 portraits à propos de Carabao sur 27 cubes fabriqués à partir de plateaux alvéolés pour 30 oeufs (0,34 x 0,34 cm), et un tableau constitué de quatres plateaux, soit près de deux fois 20 m2 de surface peinte, une fois pour les fonds colorés, une fois pour les portraits. Il faut peindre aussi en creux et en bosse dans le concave et le convexe sur des surfaces rugueuses. Il s’agit d’une performance…

Pourquoi Carabao? Il est très populaire en Thaïlande et j’aime bien certaines de ses chansons, la musique plus précisémment car je ne comprends pas les paroles… Il est aussi de ma génération rock et de ma génération soixante-huitarde…

J’ai encore utilisé les cubes car je n’ai plus assez de place pour faire des  » twin towers » et cela permettra de présenter chaque jour un tableau différent contenant 27 portraits de Carabao…Jésus, le fils de Dieu multipliait les pains et les poissons, moi, je multiplie les points de vue…C’est quand même un progrès…

Avec les 27 cubes, combien puis-je faire de tableaux différents contenant 27 portraits?

Il y a 162 possibilités de choisir le premier, 161 possibilités de choisir le second, 160 de choisir le 3°, et ainsi de suite…

Au total, cela nous fait 8,26813E+62 possibilités. De plus chaque possibilité peut être agencée 27! Alors, cela fait combien de milliards de tableaux tout cela?

De plus, on ne peut pas voir tous les portraits du même point de vue, au même moment, il y a une infinité de points de vue, ainsi les portraits se délitent, se recomposent au fur et à mesure que vous vous déplacez…

Avec les plateaux à oeufs, je ne travaille pas dans la dimension ordinaire, j’ai démultiplié les points de vue, chaque portrait est visible sous son meilleur jour dans un certain point de vue, c’est celui où je l’ai peint. Il n’est pas facile de retrouver ce point de vue qui a été mon point de vue lors de la peinture du portrait, et des points de vue j’en ai une infinité lorsque je me déplace. Dans la vie, il n’est déjà pas facile d’avoir un point de vue commun, un point de vue est unique, on ne peut pas le partager, on peut tout juste s’en approcher…

Carabao, à ce jour, est l’être que j’ai peint le plus dans ma vie…J’ai voulu pousser mon travail de portraitiste au maximum, pour voir si je peux en dégager quelquechose.

Et devant ces plateaux à oeufs, lorsque je me déplace, les plateaux à oeufs vibrent, je perçois une mouvance similaire à celle des reflets de l’eau. Dans ces reflets, il y a cette permanence qui me fascine, lorsque nous nous déplaçons, par-delà les contorsions, c’est toujours Carabao, certes, parfois, ce n’est plus qu’un rictus…

Par-delà le nucléaire et le moléculaire, il y a un autre chose, il y a ce « liant-en-lit » qui fait la vie…Cette entité qui occupe l’espace interatomique, l’espace intercellulaire et aussi l’espace interstellaire…Parfois, certains l’ont appelé le néant, le vide ou l’éther et maintenant la matière noire…

Les équations et les microscopes ne voient pas ce « liant-en-lit » et peut-être ne le verront jamais.

1º Etape: peinture des fonds colorés (avec un balai Thaï)

 

2º Etape: peinture de la première série de 27 portraits (images)

3º Etape: peinture de la seconde série de 27 portraits (images)

4º Etape: peinture de la troisième série de 27 portraits (images)

5º Etape: peinture de la quatrième série de 27 portraits (images)

6º Etape: peinture de la cinquième série de 27 portraits (images)

7º Etape: peinture de la sixième série et la dernière de 27 portraits (images)

La peinture de cette série s’est déroulée, non, plutôt « défilée » dans un certain intervalle de temps, comme on dit (81 jours). Le temps n’est pas une roue, il ne se déroule pas, il se défile, ce n’est pas non plus exactement un fil, ce serait plus exactement un élastique…Quelque chose de plastique…On devrait dire: la peinture de cette série s’est « désélastiquée » dans un certain intervalle de temps…

L’intervalle, c’est un espace aussi. On parle de devenir, d’avoir lieu… Le temps se transformerait donc en espace, en serait-il le créateur? Comme je l’avais affirmé dans Survivor Art, le temps est éternel, il a toujours existé et existera toujours. Mais quelle est la nature du temps, l’essence?

Est-ce que le temps serait une mémoire? Le temps a en effet une aptitude à restituer et à conserver des choses passées tels que les souvenirs, les traces.

Et il y a ce problème de ma mémoire d’individu. J’ai une mémoire vive, celle qui me sert dans la vie de tous les jours j’ai aussi cette mémoire non volatile par toujours facile à connecter…On pourrait parler d’une mémoire élastique, plastique…Mais nos souvenirs sont toujours quelque part, on ne peut pas les effacer.

D’aucuns affirment que ces mémoires seraient situées dans le cerveau, dans l’interconnection de milliards de neurones, que la thyroïde jouerait aussi un rôle, c’est ce que l’on m’a appris…Ces affirmations proviennent de l’observation de cas cliniques ou les organes d’individus avaient étés lésés… C’est une explication trop évidente et primaire…

Et puis ces organes ne seraient peut-être en fait que des intercesseurs et non le siège des mémoires?

Dans la vie courante, il y a des choses que nous n’expliquons pas encore… On a une culture cartésienne, limitée. J’ai fait toutes mes études à l’école où Descartes fit les siennes, c’était alors une école de jésuites du temps de Descartes. Aujourd’hui, c’est une école militaire, le Prytanée. C’est le système: Pouvoir-Armée-Religion. Les jésuites étaient des soldats de Dieu.

Aussi, comment expliquer ces transmissions d’idées, ces présences immatérielles qui vous côtoient parfois et un tas de phénomènes curieux? Cartésiens, nous n’y croyons pas parce que nous ne pouvons pas les expliquer.

Les cartésiens vont encore dire, il n’a pas de diplôme, il n’est pas crédible… Mais moi, j’ai une vingtaine de diplômes de haut niveau, plusieurs fois docteur, plusieurs fois ingénieur, j’ai accumulé les reconnaissances de mon pays…

Et puis, il y a cette question que je me suis souvent posée: pourquoi, sur la planète, presqu’au même moment, les hommes commencent à fabriquer des outils, puis commencent à peindre, puis à écrire? D’aucuns disent que c’est l’évolution naturelle…

(à suivre)