Il était une fois un Roi Michael Jackson

Il était une fois un Roi pas comme les Eux, les Uns et les Autres: Michael Jackson

Sur mon Facebook: Michael Jackson

Cela se passe au Paléozoïque, il y a 400 ou 500 millions d’années, entre l’Ordovicien et le Carbonifère. La planète est alors peuplée essentiellement d’insectes avec quelques hommes, comme aujourd’hui. Des milliards d’insectes et de plus à cette époque des insectes géants, avec des cerveaux énormes.

Je suis l’une de ces abeilles géantes, avec un cerveau géant, j’ai pris conscience de mon identité, que j’appartiens à ce groupe des abeilles géantes. J’ai cette identité commune avec les Eux, les Uns et les Autres qui m’a été donnée en venant au monde par mes parents et par ces pesanteurs de temps et de lieu.

Mais je sais aussi que je suis différent des Eux, des Uns et des Autres… Je sais de plus que cette identité est tangible, que nous pouvons la changer intérieurement, extérieurement par des apparences, mais aussi profondément, en allant jusqu’à modifier nos organes et nos fonctionnements organiques.

Dans ma famille, on raconte qu’autrefois les abeilles étaient des arachnides avec 4 paires de pattes. Et un jour, une abeille eut une idée, envie de voler, mais tellement envie, qu’une de ses paires de pattes commençât à se transformer en ailes, ces deux pattes s’atrophièrent pour se déployer à nouveau en ailes. Cela s’est passé à l’échelle des temps géologiques…

L’environnement s’est terriblement refroidi à l’Ordovicien (de -450 Ma à -420 Ma). L’hiver, pour nous abeilles, il est très dur de subsister : se ravitailler, se reproduire et nourrir nos enfants… Que faire alors ? J’ai imaginé le principe d’un processus qui allait changer à la fois mon identité mais aussi celle de mes semblables, les Eux, les Uns et les Autres… Alors, j’ai eu cette idée géniale de fabriquer un aliment pour nous nourrir lors de carence alimentaire, aliment que les hommes appelèrent plus tard le miel.

Un autre exemple… J’ai pour amie une araignée géante, avec un cerveau encore plus géant que le mien puisqu’il se répand dans les espaces vides de sa carapace et jusque dans ses pattes. Un cerveau en expansion, sans boîte crânienne, sans limite si ce n’est celle de sa carapace.

Cette araignée fait de l’art avec de la vie… De temps en temps, nous partageons nos idées sur l’identité. Elle, elle a eu l’idée du processus de la toile « d’araignée » pour survivre et faire survivre ses semblables. La toile est un immense piège qui permet de capturer des insectes. Ce processus est très productif et permet des rendements annuels de l’ordre de 400 millions d’insectes capturés à l’hectare. Elle a vraiment changé le monde des araignées…

Michael Jackson, peinture, art, plateau à oeufs est un être qui ressemble à cette abeille et à cette araignée. Il nait prisonnier de la pesanteur de rapports au monde. Mais très tôt, il a conscience de sa puissance à modifier ces rapports au monde en modifiant son identité. En tant qu’artiste, il doit captiver l’environnement et son public. Et pour cela, il recherche lui aussi des idées de processus pour modifier son identité et ses rapports aux Eux, aux Uns et aux Autres… Il agit intérieurement sur son identité, avec une telle profondeur et puissance est qu’il est capable d’exercer une influence sur son corps, il change son apparence. Il change ainsi notre manière de le voir, nos rapports au réel.

L’art serait une quête permanente d’idées de processus d’identité.