Il était une fois une Princesse

Il était une fois une Princesse pas comme les Eux, les Uns et les Autres

154 portraits de Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn (montagnes de Thaïlande)

Images sur mon Facebook: Maha Chakri Sirindhorn, มหาจักรีสิรินธร

Des princesses…

Dans ma jeunesse, au lycée, plusieurs princes ont été mes camarades de classe. Il y en avait un qui était toujours mon voisin de pupitre en classe, nous éprouvions de la sympathie. Une fois, j’ai même rencontré une princesse, une sœur de ces princes, elle est venue à l’occasion d’une fête à l’école. Aussi, je me souviens de cette jeune princesse qui était extraordinairement belle à tel point que j’ai rêvé d’elle. Il n’y a pas que les petites filles qui rêvent de princesses, il y a aussi les princes charmants, mais je n’ai pas eu cette faveur du sort.

L’histoire des rois a une origine mythique. Et dès qu’il a eu des rois, il y a eu des princesses et depuis la nuit des temps. Le titre de princesse (du latin princeps, signifiant premier. Il faut comprendre premier comme premier dans l’ordre de la succession. Ce titre de noblesse est attribué à une fille de roi ou à des femmes d’une famille royale. Dès que la tradition orale a été transcrite, des princesses ont été consignées dans la représentation mythique, à commencer par la mythologie grecque. Ainsi, les princesses Ariane, Europe, Hémithée, Ino, Lamsaque, Orithye peuplent la mythologie. Du statut de mortelles, ces princesses ont toutes été promues immortelles, car devenues déesses ou femme de Dieu en raison de leur comportement, de leurs vertus. C’est ainsi qu’un des archétypes de la femme idéale incarnée par la princesse se crée.

Le mythe, tout comme la fiction et le rêve font partie de l’imaginaire. L’imaginaire fait partie intégrante de la réalité et ne se situe pas dans des soi-disant mondes parallèles. L’imagination est la faculté que possède l’esprit d’évoquer des images antérieurement perçues, de créer des images, des formes ou des figures, de faire des assemblages d’images permettant de raisonner, d’inventer, d’élaborer de nouveaux concepts, de nouvelles idées, de nouvelles œuvres d’art…

Chaque être humain a un imaginaire personnel qui peut devenir collectif.

Les mythes sont une tentative de structurer l’existence, de lui donner un sens sacré pour nous rassurer, des valeurs et des significations indispensables à la vie sociale. Tout comme l’esprit a besoin de rêves, de fictions, il a besoin de mythes pour donner une signification, une compréhension. Les mythes sont comme une colonne vertébrale qui permet à l’homme de se maintenir debout.

La science pose toujours plus de questions qu’elle n’en résout et a longtemps combattu à tort la pensée mythique. La science apporte des réponses provisoires, dans l’attente de résolutions. Aussi, elle fabrique des mythes, par exemple le mythe du progrès, le Big Bang, les trous noirs… Le mythe donne à la conscience collective des réponses provisoires et essentielles à des questions qui restent aujourd’hui sans réponse pour la connaissance et la compréhension. L’histoire crée aussi des mythes pour structurer les nations, leur donner une conscience collective. Les mythes ont des pouvoirs fédérateurs.

Nos mythes modernes sont différents des mythes anciens, ils sont désacralisés, mais le besoin de mythe est toujours vivant dans notre esprit. Les mythes sont récurrents et reviennent en force lors des grands tourments de l’humanité. Ils sont comme des bouées de sauvetage pour des êtres humains en perdition.

Le conte est un descendant du mythe, affranchi très tôt des caractères religieux et explicatif du mythe. Le conte est merveilleux et décrit un monde imaginaire qui met en scène des personnages intemporels que sont les rois et reines, les princes et les princesses.

L’archétype de la princesse continue de faire rêver les jeunes filles, elle représente un idéal, un symbole primitif et universel ancré dans l’inconscient collectif de l’humanité. Les princesses sont l’objet de tous les regards et le centre de toutes les attentions. Elles le savent et tentent de séduire tous les regards qui se portent sur elles. Pour devenir une véritable princesse, il faut avant tout savoir écouter, être élégante. En plus de leur grâce, les princesses sont pourvues d’innombrables vertus, toujours humbles, sages et d’une bonté sans pareille.

Au XXIème, l’archétype de la princesse est en pleine évolution dans les contes modernes. Les princesses apparaissent plus libres, plus audacieuses et sont un véritable modèle de femme forte et courageuse, entreprenantes, constamment en mouvement. Nous voyons même une princesse chinoise Hua Mulan qui se déguise en homme pour partir à la guerre à la place de son père âgé et affaibli.

Aujourd’hui, les princesses des contes nous adressent un message féministe : c’est à la femme, plus intelligente, plus habile et plus attentive que l’homme, de détenir le pouvoir.

 De mon oeuvre…

J’ai peint : 154 portraits de Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn sur des plateaux alvéolés pour 30 œufs… (180 x 770 cm).

Peindre une princesse sur des supports de récupération, dans le plus simple apparat, sans faste, sans ostentation, sans étalage de fortune, ou de mérite, tout simplement un visage à différentes époques de la vie. Comme des saisons.

Je peins à la tempera à l’œuf, un mélange d’eau, de pigments et d’œufs (medium souvent composé des jaunes, parfois des jaunes et aussi des blancs). D’ailleurs, pourrais-je utiliser autre chose qu’une peinture à l’œuf en peignant sur des plateaux alvéolés pour 30 œufs ? Avec la tempera à l’œuf, je peins en des temps immémoriaux, mythologiques, avant la peinture à l’huile et l’acrylique. Et de plus, c’est une peinture insoluble, elle ne retranche rien à ce monde qui est et sera toujours insoluble.

Il y a ces conditionnements alvéolés à œufs qui supportent mes peintures. Des sortes de nids de guêpes alvéolés en papier mâché. Des fibres végétales à l’origine, recyclées maintes et maintes fois, comme les atomes qui nous constituent. J’aime bien leur histoire, plus exactement, j’aime bien imaginer leur histoire. Et chaque boîte à œufs fait partie de mon histoire…

Claude Thiel de Neuville avec Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn le 21 janvier 2015


Claude Thiel de Neuville avec Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn le 21 janvier 2015

Claude Thiel de Neuville avec Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn le 21 janvier 2015

Claude Thiel de Neuville en réception avec Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn le 22 janvier 2017 à sa résidence de Chiang Mai

Claude Thiel de Neuville en réception avec Sa Majesté la Princesse Maha Chakri Sirindhorn le 22 janvier 2017 à sa résidence de Chiang Mai

Autres images de l’oeuvre (44 images) + (36 images)

Bangkok Hospital, exposition Février 2017 (50 photos)